Fiscalite et exemption fiscale a Byzance (IXe-XIe s.) by Nicolas Oikonomides

By Nicolas Oikonomides

Show description

Read Online or Download Fiscalite et exemption fiscale a Byzance (IXe-XIe s.) PDF

Similar foreign language study & reference books

Language Change and Variation

The research of language edition in social context keeps to carry the eye of a big variety of linguists. This study is promoted through the once a year colloquia on New methods of examining version in English' (NWAVE). This quantity is a variety of revised papers from the NWAVE XI, held at Georgetown college.

Diachronic problems in phonosymbolism

Phonosymbolism, or sound symbolism (Lautsymbolik), is a crucial factor of language development. Many severe students, despite the fact that, have appeared it with embarrassment or indifference. A wary reintroduction of phonosymbolism as an element answerable for alterations gone through, in various levels, by way of such a lot languages might now appear to be so as.

Additional resources for Fiscalite et exemption fiscale a Byzance (IXe-XIe s.)

Example text

30 Migne, PG 100, 513-516. 31 C'est le procédé qui, raffiné et développé, sera connu sous le nom de charagma pendant la période mésobyzantine. 5. Les unités fiscales et la solidarité à l'intérieur de chacune. La Loi Agraire qui daterait du Vile ou du Ville s. décrit bien la commune rurale, unité de base pour la perception des impôts de la part de l'État, mais contient peu de renseignements sur la fiscalité. La loi montre clairement que chaque village constituait une unité fiscale à part, dans le cadre de laquelle s'inscrivait la responsabilité fiscale collective.

410. 5 Théophane I, p. 487; Théophane Continué, p. 54. 16 Studite, Lettres, no. 7, 1. 40-45. 30 Lafiscalitédu Vile au IXe s. davantage pour pouvoir s'en acquitter, un impôt "impossible à combiner," sans doute avec leurs autres obligations fiscales. De ce que nous savons, le seul impôt qui frappait tout le monde au IXe siècle, à taux unique, était le fouage, conçu par tous comme un versement à part, nettement distingué de l'impôt foncier. Comme tout impôt à quote indifférenciée, il était lourd pour les économiquement faibles.

Ils montrent seulement que la solde des soldats-paysans entrait dans le budget général de la famille stratiotique. Un autre texte, décrivant les vexations de Nicephore 1er, donne une image générale de ces soldats agriculteurs du tout début du IXe s. Le chroniqueur Théophane, toujours très hostile à cet empereur, écrit: "Nicephore... " Il me semble évident que cette mesure concernait des soldats-paysans (d'où l'allusion à l'humiliation de l'armée), propriétaires terriens depuis des générations, qui allaient maintenant s'installer dans le voisinage de populations slaves compactes, pour les influencer en tant que milice chrétienne, œuvrant pour le compte de l'empire.

Download PDF sample

Rated 4.05 of 5 – based on 17 votes